Les 8 secrets de la pomme du jardin des Hespérides

J’aimerais vous parler d’un fruit secret, qu’on dit oublié mais qui pourrait bien (re)devenir une vedette.

Comment ne pas être intrigué par son aspect irrégulier et par sa peau si dur et velue qu’aucun vers, insectes ou oiseaux n’osent s’en approcher. Il est d’ailleurs impossible de le consommer cru (dans nos régions).

Pourtant, il pousse avec joie et grâce dans tous les vergers des grand-mères.

Et pour cause, elles en connaissent tous les secrets de beauté et de santé qui font de lui une véritable légende.

Et d’ailleurs, ce serait lui, la « pomme d’or » du jardin des Hespérides [1].

Ce fruit unique, c’est bien sûr le coing.

Voici ses secrets.

Secret n°8 – Un allié pour les problèmes intestinaux

Le coing est à la fois un protecteur et un régulateur des fonctions intestinales. C’est un remède naturel dans les cas de dysenterie [2].

Il agit comme :

  • Un astringent, sous l’effet des tanins qu’il contient qui resserrent les tissus.
  • Un protecteur, grâce aux propriétés des pectines qui retiennent une grande quantité d’eau.

Pour les désagréments intestinaux, privilégiez le coing en gelée. Sous cette forme, il est facile à consommer, se conserve longtemps et est vraiment délicieux.

Secret n°7 – Salutaire après un repas copieux

Une autre action intéressante des pectines et des fibres qu’il contient est de réguler efficacement l’index glycémique [3]. Le coing favorise donc la digestion.

Vous pouvez le consommer sous forme de pâte ou de gelée.

Au XVIIème siècle, les gens avaient l’habitude de prendre du Cotignac (une forme de gelée de coing) en prévision d’un repas copieux [4].

Secret n°6 – Une merveille en cuisine

Après avoir découvert les délicieuses recettes de mon confrère Jean-Marc Dupuis, j’ai eu envie de les partager avec vous dans cette lettre.

La recette que j’affectionne le plus est celle des coings au four (ici).

Elle est très simple à réaliser et les fruits sortent du four tout chaud en quelques minutes seulement. C’est un dessert parfait pour toute la famille.

Secret n°5 – Un parfum d’intérieur sublime

L’odeur du coing est délicieuse et fraîche, proche de la citronnelle. Faites le test en déposant quelques fruits dans une corbeille dans votre cuisine. Après quelques heures, c’est un bonheur de respirer l’odeur naturelle émise par ces fruits.

Les Romains l’appréciaient tellement qu’ils en avaient extrait une huile essentielle pour leurs rituels amoureux.

Plutarque, le célèbre philosophe, raconte que le législateur des Romains avait ordonné que les nouvelles mariées croquent dans un coing avant de pénétrer pour la première fois dans la chambre de leurs époux « afin que leur premier abord fût doux et agréable » [5].

Secret n°4 – En lotion calmante pour le visage et les mains

Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’usage du coing est recommandé pour les peaux irritées, gercées ou encore brûlées par le soleil ou le froid.

C’est la pectine contenue dans la peau, la chair et les graines de coing qui lui confère cette action calmante et adoucissante.

Il est très facile de réaliser une lotion aux pépins de coing.

Il suffit de piler une cuillère à soupe de graines de coing et de les laisser macérer 24 à 48h dans un demi-verre d’eau.

Après filtration, vous obtenez une lotion très bénéfique que vous pouvez appliquer sur les zones concernées. Cette lotion est à utiliser rapidement.

Secret n°3 – En huile réparatrice

Autre alternative pour les peaux abimées et sèches, l’huile réparatrice de coing [6].

Pour la réaliser, mélangez un demi-litre d’huile d’olive (bio de préférence) à 250 g de coings encore un peu verts râpés.

Laissez la préparation infuser dans un pot fermé pendant 24h.

Puis, chauffez-la (sans le couvercle) au bain marie bouillant pendant une demi-heure.

Filtrez le mélange à l’aide d’un linge fin en pressant les morceaux de fruit.

Pour finir, ajoutez quelques gouttes de vitamine E pour une bonne conservation.

L’huile obtenue est émolliente et réparatrice. Elle se conserve quelques mois à l’abri de la lumière dans un bocal ambré, de préférence.

Secret n°2 – Résorbe les points noirs

Le coing est aussi un puissant astringent pour les peaux à problèmes et les peaux grasses.

C’est son tanin qui permet d’agir pour resserrer les pores et limiter les points noirs.

Vous pouvez réaliser un masque frais en mixant ou en râpant la chair d’un coing et en l’appliquant 20 à 30 minutes sur le visage [7]. Rincez à l’eau.

Ce masque est redoutable contre l’acné et les boutons.

Secret n°1 – Un anti-rides naturel

J’ai découvert que nos grands-mères connaissent bien les vertus anti-rides des pépins et de la peau de coing.

Une recette rapportée par le Dr Valnet – le père de l’aromathérapie – consiste à faire macérer pendant 15 jours des pelures de coing et des pépins dans un peu d’eau de vie.

Vous pouvez alors appliquer cette lotion sur le visage pour tonifier, revitaliser et raffermir la peau [8].

Avec tous ces secrets révélés, j’espère que vous n’êtes pas près d’oublier le coing.

Cet arbre est si beau (surtout lors de la floraison), qu’on raconte qu’il avait une place de choix dans les jardins des princes, il en tire d’ailleurs le nom de « prince des jardins ».

0 0 votes
Évaluation de l'article

Partagez cet article autour de vous !


Notez cet article grâce aux étoiles ci-dessous !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 note(s), moyenne : 4,00/5)
Loading...


[1] Hespérides

[2] et [3]  Les atouts santé du coing

[4] Cotignac (gelée de coing)

[5] PLUTARQUE ŒUVRES MORALES

[6] Embellissez votre visage et votre corps: recettes anciennes avec les plantes par Marie Delmas

[7] Se soigner sans médicaments : de A à Z par Corinne Lalo, Michèle Bontemps

[8] Secrets de beauté : Peau sèche, acné, rides… Les solutions 100% nature par Sophie Lacoste


S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Delacroix Ginete
Delacroix Ginete
3 années il y a

ma maman a soignié mon grand père alité pendant plus de 10ans avec un remède anti escare qu’elle tenait des sœurs de saint Vincent de Paule: des pépins de coings macérés dans de l’alcool , cela donnait une glu que l’on lui frottait chaque matin sur les fesses et sur les talons :mon grand pére n’a jamais eu d’escares